D'AUTRES TECHNIQUES POUR FACILITER LA COMMUNICATION (ARTICLE 7/10)

15 décembre 2017, Linda Bérubé

D'AUTRES TECHNIQUES POUR FACILITER LA COMMUNICATION (ARTICLE 7/10)

La création d’images du futur. 

Comment quelqu’un peut-il parvenir à quelque chose dans la réalité s’il est incapable de l’imaginer dans la pensée? La création d’images du futur est une technique très stimulante qui consiste à aider les personnes à  développer le scénario d’un futur souhaité. Les personnes sont généralement très habiles à dire ce qu’elles ne veulent pas, mais lorsqu’on leur demande de nous parler de ce qu’elles aimeraient qui se passe, elles se retrouvent souvent sans mots. C’est à ce moment que le médiateur peut aider la personne à se créer son image du futur. « Comment voyez-vous votre vie dans deux ans? »



La focalisation. 

Très souvent les personnes parlent de beaucoup de sujets en même temps ou demeurent vagues dans leurs propos. La focalisation consiste à inviter la personne à se centrer plus précisément sur un aspect de son vécu. Elle permet d’élargir et d’approfondir l’information, oriente la discussion sur les aspects pertinents et stimule l’expression. À une mère qui dit que le père ne verra pas  les enfants tant qu’il ne paiera pas une pension et qu’il s’entêtera à les sortir en compagnie de sa nouvelle conjointe. « Parmi ces diverses préoccupations, qu’est-ce qui est le plus important pour vous? »



La généralisation.

À l’opposé de la focalisation, la généralisation cherche à comprendre l’ensemble de la situation vécue par la personne. Il s’agit d’une  technique qui consiste à énoncer un message qui tente de résumer au mieux, tous les signaux que la personne nous livre à travers ses différentes demandes. Ce serait comme de répondre à la question suivante : « Qu’est-ce que cette personne est en train de me dire d’elle-même».



La mutualisation.

La mutualisation consiste à reconnaître les objectifs communs des parties et à mettre en évidence les points d’accord qui les rallient. Une façon de mutualiser est de reprendre dans d’autres mots le problème présenté par les personnes et de le reformuler de façon à ce que chacun y retrouve un peu de lui-même et de ses préoccupations. L’utilisation de phrases comme « En tant que parents… » « Il est certainement très important pour vous deux… » donne un sens de mutualité. Le fait que le médiateur nomme les ententes les renforce et encourage à continuer dans cette direction.



La partialisation.

La partialisation est une technique qui consiste à aider les personnes à éviter de tout mettre leurs problèmes dans le même sac et de tout confondre. Avant de rechercher des solutions à des problèmes, il faut d’abord les avoir bien décortiqués de manière à trouver les bonnes réponses aux bons problèmes. Une personne vous confie : « Depuis que j’ai perdu mon emploi et que mon ex ne me laisse pas voir la petite, j’arrive plus à trouver le sommeil et le médecin m’a donné des somnifères ». Cet  énoncé contient plusieurs problèmes. Il est important de  faire ressortir les diverses préoccupations de la personne, d’aider la personne à les mettre en ordre de priorité et à les prendre un à un. Médiateur : « Il y a beaucoup d’éléments importantes dans ce que vous venez de dire ; voulez-vous on va les reprendre une  à la fois ? »



Le recadrage.

Chacun voit donc la réalité à sa façon. Au moment de la rupture, il s’agit plutôt d’une réalité qui comporte plusieurs connotations négatives. Le recadrage consiste à reformuler les dires de la personne et à proposer un autre cadre pour comprendre ses récriminations dans un contexte positif et  ainsi, à leur donner un autre sens. Il s’agit de transformer les expressions négatives en soulignant de manière positive le besoin que la personne cherche à satisfaire. Exemple : Je suis toujours seule avec les enfants, tu ne t’en occupes jamais! ». Recadrage : « Vous vous sentez seule et vous souhaiteriez que Pierre soit plus présent auprès de vous et des enfants. »



Un exemple où le médiateur recadre et simultanément, mutualise les propos des deux parents : Madame: « Je veux continuer à m’occuper des enfants comme je l’ai toujours fait, étant donné que tu n’étais jamais là » Monsieur : « Je veux la garde partagée, c’est la seule façon pour moi de prendre ma place ». Le médiateur s’adressant aux deux parents : « La vigueur de vos requêtes démontrent à quel point vous êtes tous les deux préoccupés par vos enfants et que vous souhaitez tous les deux participer à leur éducation. » Le  recadrage permet de donner de l’espoir et de poursuivre le travail en dépit des émotions difficiles, en attribuant à  des affirmations négatives, un caractère plus positif.


 Linda Bérubé,

Travailleuse sociale, médiatrice, expert Meso.