La posture du médiateur

28 février 2017, Jacqueline LaBrie

La posture du médiateur

Le mot posture fait référence à l’ensemble des attitudes, des valeurs,  des comportements, des connaissances,  des compétences mis en œuvre dans l’exercice d’une fonction, c’est ce qui définit la spécificité de la personne, de son rôle.



Quelle est cette posture du médiateur qui fait en sorte qu’il n’est plus un avocat, un travailleur social, un thérapeute conjugal et familial, un notaire, un psychologue, un conseiller  en orientation ou un psychoéducateur?



Être un médiateur c’est accepter de conserver de sa profession d’origine les connaissances, les comportements, les valeurs et  l’expérience acquise pour privilégier la croyance en l’autodétermination  des parties  en conflit et leur capacité de trouver en elles- mêmes des solutions novatrices adapter à leur situation particulière.



C’est aussi accepter de renoncer à une attitude corporatiste et d’expert qui ne sert que l’égo du professionnel et devient contreproductif  dans l’exercice du rôle de médiateur.



Le médiateur est celui qui accompagne en toute confidentialité, qui travaille avec les parties de façon impartiale dans la recherche de solutions mutuellement satisfaisantes, équitables et viables propres à la situation de celles-ci. Il doit porter une attention soutenue et continue à ce qui se passe dans l’interaction entre les parties pour les soutenir dans des échanges  susceptibles de faire émerger des ententes. Cette capacité d’attention continue lui  permet de progresser dans sa relation avec ses clients en tant que tiers neutre et indépendant des résultats.  Une relation dans laquelle il doit y avoir absence totale de conflit d’intérêts dans l’atteinte d’une entente négociée entre les parties.



Par ses connaissances portant sur l’importance de la dynamique relationnelle entre les parties et la structure du conflit qui les anime il contribue à faire avancer les échanges en valorisant la capacité des parties  à trouver en elles-mêmes des arrangements justes et équitables. Par son intervention, il sait redonner du pouvoir aux parties et mettre en avant-plan leur pouvoir personnel dans le règlement de leur différend.



La posture professionnelle du médiateur est comparable à celle du guide de pêche, il ne va à la pêche pour ses clients mais les conduits vers le lieu où les conditions de pêche sont favorables, par une lecture continue et contextuelle des lieux il les guide vers le résultat recherché. Il sait comment leur permettre de s’auto proclamer de bons pêcheurs et se retirer en leur laissant cette impression d’avoir réussi quelque chose de formidable dont ils sont responsables.



La posture du médiateur demande l’humilité et la sagesse de remettre aux parties le résultat de leur démarche.