MÉDIATION ET VIOLENCE CONJUGALE-4

16 mai 2017, Violaine Belzile

MÉDIATION ET VIOLENCE CONJUGALE-4

Comment comprendre ses propres biais et réactions face à la violence conjugale pour mieux intervenir

 


Lors des chroniques précédentes, nous avons vu qu’il existe trois principales dynamiques de couple lors des conflits et quatre principaux critères délimiteurs pour les distinguer. Des questions de décodage doivent être présentes à l’esprit du médiateur pour qu’il puisse identifier une situation de violence conjugale potentielle lorsqu’il prend contact avec ses clients. Ce « dépistage » de la violence est un processus continue tout au long du processus de médiation.



Le point de vue du médiateur sur la question, ses idées reçues bref, ses biais, conditionneront son évaluation de la dynamique du couple devant lui, ainsi que ses réactions et son intervention face au phénomène de la violence conjugale. Comment comprendre et connaitre ses propres biais pour mieux intervenir? Comment identifier pour voir venir ses propres réactions lorsque mis en présence de la violence conjugale?

 


Biais :


Victime : Les biais à l’égard de la victime peuvent être de l’ordre de la sympathie, de l’antipathie, de la désapprobation, de l’incrédulité, de l’hésitation.

 

Agresseur: Les biais à l’égard de la victime peuvent être de l’ordre de l’antipathie, la sympathie, l’inconfort, l’incrédulité.

 


Quelques réactions :

 

Étiquetage, indifférence, peur, fuite, évitement, aveuglement, blâme, alliance, impatience, colère, réactions allergiques, agacement.


Empathie, écoute, analyse de la dynamique, contre-transfert.

 


Socrate a dit : Connais-toi toi-même. Le médiateur est certainement un ami de la philosophie.