MÉDIATION FAMILIALE ET VIOLENCE CONJUGALE-2

11 janvier 2017, Violaine Belzile

MÉDIATION FAMILIALE ET VIOLENCE CONJUGALE-2

Quels sont les quatre critères délimiteurs pour distinguer les 3 principales dynamiques des couples lors des conflits, soit le conflit, le haut niveau de conflit et la dynamique de domination conjugale, appelée violence conjugale. De quoi sont-ils composés et comment sont-ils utiles au médiateur ? Voilà ce dont traite cette chronique.


L’INTENTION

Le premier critère à analyser est l’intention des parties.


Conflits

Dans les dynamiques de conflit dans lesquels prennent place des affrontements ponctuels sur des thèmes précis, les deux personnes en présence ont l’intention de gagner leur point. Elles font habituellement preuve d’ouverture à la négociation dans l’intention exprimée et dans le déroulement des discussions.


Haut niveau de conflit

Dans la dynamique de haut niveau de conflit, les deux protagonistes ont l’intention de gagner sur l’autre à tout prix et affichent peu d’ouverture à la négociation. Pour chacun, il n’est pas question de perdre.


Domination conjugale/violence conjugale

Dans cette dynamique, une seule personne a l’intention de gagner à tout prix. Cette personne a généralement très peu ou pas d’ouverture à la négociation et pour elle, il n’est pas question de perdre. L’intention de l’auteur de la domination conjugale est d’avoir avant tout le contrôle, les sujets étant souvent des prétextes ;


L’AGRESSION


Conflits

Le type d’agression dans une dynamique de conflit se présente sous la forme de deux personnes qui argumentent négocient : Ils veulent convaincre l’autre de leur bon droit. Il peut y avoir de la colère et de l’agressivité.


Haut niveau de conflit

Dans les dynamiques de haut de conflit, les deux protagonistes s’investissent dans un combat sans fin. Il peut même y avoir des agressions expressives, et même des actes ponctuels de violence. Il s’agit d’une série d’agressions qui se déroulent dans une spirale sans fin, dans un cadre symétrique où les deux personnes se comportent comme deux faucons au combat.


Domination conjugale/violence conjugale

Le type d’agression de l’auteur de la violence conjugale infériorise, humilie et déstabilise l’autre pour la soumettre. Les différentes formes de violence utilisées par l’auteur de la domination conjugale seront exposées lors d’une prochaine chronique. Il y a dans cette dynamique des agressions instrumentales ou des agressions stratégiques et intentionnelles.


LA RÉPÉTITION


Conflits

Dans la dynamique de conflit, il n’y a pas de dynamique de répétition d’installée, ni de justification présentée par l’une ou l’autre des parties.


Haut niveau de conflit

La répétition des agressions s’inscrit dans une dynamique dysfonctionnelle qui ne semble pas pouvoir conduire à un résultat. Chaque partie exprime un sentiment de légitimité et de justification pour les agressions.


Domination conjugale/violence conjugale

Dans cette dynamique, il y a répétition voir même aggravation des agressions en cas de non-soumission de la victime à l’auteur de la violence. L’auteur de la violence exprimera un sentiment de légitimité et de justification des agressions, ainsi qu’un déni face à celle-ci, une banalisation des paroles ou actes posés, responsabilisera la victime, exposera une thèse de provocation de la part de la victime, fera dévier le focus des agressions en transférant toute responsabilité sur la victime.


L’IMPACT


Conflits

En présence d’une dynamique de conflit, il n’y a pas d’impact de peur sur les personnes en présence. Les réactions sont généralement libres et spontanées.


Haut niveau de conflit

Il n’y a pas d’impact de peur sur les parties en présence, chacune étant captivée par un focus perpétuel sur un combat égalitaire. L’épuisement et l’essoufflement se feront souvent sentir au niveau de l’impact de cette dynamique sur les personnes elles-mêmes.


Domination conjugale/violence conjugale

L’impact de la domination conjugale en est un d’impuissance et de peur. La victime sera démolie, honteuse, fatiguée et indécise. Elle sera convaincue qu’elle doit mesurer ses réactions et être stratégique. Elle ne saura trop ce qu’elle veut ni ce qui la protège.