Transformer les doléances en expression claire des besoins

13 août 2018, Jacqueline LaBrie

Transformer les doléances en expression claire des besoins

La médiation en matière de rupture conjugale est accompagnée de l’expression d’émotions plus ou moins vives selon les sujets traités et les étapes de la rupture. Souvent, les couples débutent le processus de médiation alors que les conjoints cohabitent encore dans l’attente de la vente de la résidence familiale, de la fin d’un bail, et parfois dans l’attente de la fin de l’année scolaire pour réduire l’impact de la rupture.



La négociation du règlement des conséquences de la rupture en situation de cohabitation rend le processus de médiation complexe particulièrement lorsque le couple est enclin à minimiser l’impact de la rupture. Les parents ont tendance à idéaliser ce que sera la vie post-rupture pour eux et les enfants.



Lorsqu’arrive le test de la réalité, que chacun se retrouve sous son toit, coupé de la présence des enfants, avec l’obligation d’assumer la responsabilité totale de tous les aspects de la vie familiale arrivent alors les doléances. Chacun exprime ses malheurs personnels. Chacun rend l’autre responsable de sa situation difficile, reproche les manques de collaboration de l’autre, exprime le sentiment de ne plus participer au processus décisionnel concernant les enfants en raison de l’absence de communication entre eux.



Avec l’expérience, le médiateur reconnaîtra que les doléances, les critiques, les reproches cachent l’expression des besoins.

 

En voici un exemple, le père reproche à la mère de ne pas l’avoir informé de ce qui se passe à l’école depuis qu’il a quitté la famille, qu’elle prend des décisions sans le consulter et qu’elle profite de la situation pour le soustraire de la vie de son fils. Il conclut en exigeant d’être informé au sujet de tout ce qui concerne son fils.



En utilisant la stratégie mise de l’avant dans la prise de décision démocratique, il est possible de transformer les doléances en expression claire des besoins.



L’utilisation de cette stratégie pour aborder ce genre de différents constitue une clé intéressante pour permettre une négociation efficace.


Information

En précisant les sujets pour lesquels il veut être informé, il a été possible pour le père d’exprimer ce qui est important au quotidien pour continuer de se sentir impliqué dans la vie de l’enfant.


Consultation

En identifiant les prises de décisions pour lesquelles il veut être consulté, cela lui permet de constater que seuls les événements importants nécessiteraient des échanges planifiés avec la mère.


Participation

En identifiant les projets dans lesquels il souhaite participer à l’élaboration, les échanges sont devenus plus réalistes et basés sur le partage des rôles parentaux à plus long terme axés sur l’exercice de l’autorité parentale.



Pour le médiateur, amener les parties à faire preuve d’ouverture; de créativité; dédramatiser les situations; les aider à identifier et reconnaître les besoins qui se cachent derrière les récriminations et les excès de colère, c’est s’assurer d’une gestion efficace du processus de médiation. C’est aussi redonner le pouvoir décisionnel aux parents.



Il est illusoire de croire que l’expression des besoins par les parties, perturbées par leurs émotions, est chose simple qui devrait se traduire par une liste de besoins énoncés de façon rationnelle.

 


Jacqueline LaBrie,

Travailleuse sociale, médiatrice, expert Meso.